ORIGINE

DU TANGO

ORIGINE

DU MAMBO

CHRONOLOGIE DES DANSES

HISTOIRE DE

LA BACHATA

HISTOIRE DU

PASO DOBLE

HISTOIRE

DU ROCK

HISTOIRE

DU LINDY HOP/BALBOA

HISTOIRE DU

QUICK STEP

HISTOIRE DU

BOSTON

HISTOIRE DE

LA SALSA

Histoire du ROCK AND ROLL


En affirmant en 1951 que le nom de ROCK AND ROLL avait été trouvé pour mieux vendre la musique noire aux auditeurs blancs, le célèbre disc-jockey new-yorkais Alan FREED donna ce nom à une danse : LE ROCK' N' ROLL

L'avènement de la musique ROCK apparut vers 1950 en Amérique Il est certain que durant la période 1950-1970, la danse connut plus de changements que durant les deux derniers siècles.

Véritable phénomène de société, le ROCK AND ROLL ne peut être dissocié du JAZZ dont il est issu.

En 1914, il y eut le RAGTIME, suivi du SWING (1930), puis vers 1940 le BOOGIE WOOGIE et plus tard le BE-BOP, et enfin l'arrivée du ROCK AND ROLL dans les années 1950 avec l'apparition de la télévision et de la guitare électrique.

Au début des années 30, apparut le LINDY HOP, nommé ainsi en hommage à Charles LINDBERG pour sa traversée en solitaire de l'Atlantique, et son succès grandit jusqu'en 1938.

Dans la même période, le BLUES et le SWING influencèrent également le développement de cette danse qui était en gestation.

Le SWING qui, comme musique et comme danse devient populaire en Europe en 1935, resta cependant une forme de transition, son succès ayant été interrompu par la seconde guerre mondiale.

La fin de la guerre amena la naissance d'une nouvelle danse, le JITTEBURG, lance par les G.I. américains, qui fut connue sous plusieurs appellations : JERRY-BUG, BOOGIE, BIG-APPLE, BOOGIE-WOOGIE, etc ...


Le BOOGIE WOOGIE, forme pianistique particulière du vieux BLUES eut un succès immédiat auprès des jeunes qui en ce temps-là voulaient de la nouveauté.

Comme musique et comme danse, le BOOGIE puise par conséquent ses racines dans le BLUES des Noirs Américains (construction musicale identique).

Le BOOGIE, le JITTEBURG et autres danses nouvelles prenaient souvent le nom des musiques qui leur servaient de support et ont survécu grâce à la demande populaire.

Le JITTEBURG devint en Angleterre le JIVE.


La libération amena également un nouveau style de JAZZ, le DIXIELAND et ce fut la grande période de Saint-Germain-des-Prés avec le BE-BOP (apparition de formations avec un nombre réduit de musiciens, par rapport aux BIG-BAND de la période du SWING, nous pouvons citer les orchestres de Claude LUTHER, Sydney BECHET, Charlie PARKER.

Les années 50 amenèrent la fièvre du ROCK AND ROLL. Ce nom traduit textuellement signifie : BALANCER et ROULER.


D'après Alan FREED, ce n'était rien d'autre qu'un autre nom pour mieux vendre la musique des populations noires. Ceci n'empêcha pas Bill HALEY d'avoir un grand succès en Europe avec ROCK AROUND THE CLOCK et le film GRAINE DE VIOLENCE (10 millions de disques vendus en un an)


La musique ROCK commença avec Fats DOMINO et Chubby CHECKER, puis d'autres chanteurs suivirent tels que Chuck BERRY, Jerry LEE LEWIS. C'est à la même époque qu'Elvis PRESLEY fut proclamé roi du ROCK, avec le lancement de nombreux disques qui, auprès des adolescents de toutes classes sociales, eurent un succès sans précédent.

Le mot ROCK AND ROLL avait également une signification sexuelle sans équivoque, en argot nègre, GOOD ROCKING TONIGHT ou ROCKING AND ROLLING ALL THE NIGHT étaient des titres célèbres pour la musique de BLUES.

Cette signification ne manqua pas de se transmettre sur la musique et la danse Les premières apparitions d'Elvis à la télévision ne laissaient entrevoir que son buste, ses déhanchements et son jeu de jambes étant jugés trop vulgaires.

La turbulence de cette musique eut un impact de grande envergure sur la Jeunesse. Elle déterminait pour la première fois la mode et influençait l'habillement.


Divers styles de musique : ROCK, BLUES, JAZZ, COUNTRY et FOLK, ainsi que les instruments utilisés dans les orchestres, allaient faire évoluer la manière de danser. Toutes ces modifications ont amené le ROCK à un certain déclin.

Dans les années 60, les danses yé-yé telles que TWIST, MADISON, WATUSI, SLOP et autres, ramenèrent les foules sur les pistes de danse' mais ce n'était rien d'autre qu'une forme déguisée de ROCK AND ROLL.

La grande renaissance de la musique ROCK eut lieu dans les années 70. Les associations de professeurs de danses, par le biais de championnats d'Europe et du Monde, aidés en cela par le retour des musiques des années 50 (même jouées par d'autres orchestres comme les BEATLES ou les ROLLING STONES) firent en sorte que le ROCK AND ROLL compte à nouveau comme la danse la plus aimées des danses à la mode.


Depuis toujours j'ai été fasciné par cette danse. Mais si j'en juge par l'impact que la danse Rock N' Roll a sur les jeunes et parfois les moins jeunes, on peut conclure que c'est un fait social. Quand des jeunes franchissent la porte d'une école de danse, ils peuvent vouloir apprendre la valse ou le tango, mais aussi et toujours le Rock.


Cependant il existe aussi le JIVE. Tous ceux qui ont vu des compétitions le savent. La télé en a montré des images. Or personne (en dehors des compétiteurs qui n'ont pas le choix) ne demande à apprendre le Jive. Dans le monde professionnel, on fait souvent un amalgame entre le Rock et le Jive. On entend dire que le Jive c'est du Rock, en précisant toutefois "anglais". Or les Anglais eux-mêmes n'en sont pas aussi sûrs. La meilleure preuve c'est que le 4 Mai prochain, à l'Albert Hall de Londres a lieu un "World R N R Trophy". C'est sans appel et irréfutable: le Jive n'est pas le Rock. Déjà certaines écoles anglaises apprennent le Rock, ce qui n'existait pas dans un très proche passé.

Il est vrai qu'il y a une certaine similitude: la base 6 est la même et le support musical est le jazz dans les 2 cas. Sur le papier la comparaison est admissible. Sur la piste de danse la différence est aveuglante. Celle-ci réside pour l'essentiel dans l'allure générale des danseurs: le Jive est agité, remuant, compliqué, tous azimuts, le Rock est rythme, en ligne, compact, sobre, rapide. Ce sont deux techniques divergentes. J'avoue qu'il faut y regarder de près pour découvrir les différences techniques.


Tout le monde sait qu'il y a deux rocks: le rock dit "à plat" et le rock "sauté". Quand la technique injustement appelée "à plat" est bonne on peut danser jusqu'à 190 - et même au-delà. Mais ensuite, le rock "sauté" n'offre que des avantages de tenue, d'allure, de netteté. Plus l'allure augmente, plus le Jive s'agite. Le Rock bien dansé est toujours ordonné, en ligne. C'est davantage un travail de jambes que de corps. Mais avant d'avoir l'allure de cette simplicité apparente, il faut un travail approfondi. Ne sacrifiez jamais aux variations: là n'est pas l'essentiel. Un jeu de jambes correct vous ouvrira la porte d'une multitude de variations.


ROCK A PLAT -

Dans le rock à plat, le plus dansé dans le public, il y a trois techniques: le triple, le double, le simple. En réalité, pour le jeune "qui en veut", il n'y a pas le choix: c'est le triple. Le danseur a la charge de conduire sa danseuse, c'est ce qui constitue la plus grande difficulté du danseur par rapport à la danseuse. Quand le danseur a maîtrisé son pas triple, il peut opportunément danser le pas simple (qui, question rythme, n'a de simple que le nom). La danseuse n'a guère le choix, et si sa balance est bonne elle peut suivre des rythmes très rapides. Les musiques de rock sont enthousiasmantes: danser double ou simple c'est dansez "triste". Un bon jeu de jambes fera la qualité du rocker.


ROCK SAUTÉ -

Le rock sauté acrobatique est le rock de compétition. Il est bien évident que le piment supplémentaire vient des acros qui deviennent de plus en plus démentielles. Mais il ne faut jamais perdre de vue que c'est en tout premier lieu une DANSE. Un jeu de jambes médiocre même avec de bonnes acros ne peut faire un grand champion.

" La danse est le plus sublime,le plus émouvant, le plus beau de tous les arts,parce qu'elle n'est pas une simple traduction ou abstraction de la vie, c'est la vie elle même."
Havelock Ellis, La danse de la vie.